Accueil du site > Liens > Flanerie Quotidienne

  • FRAGMENTS D’AVANT LA FIN DU MONDE #15

    https://0.gravatar.com/avatar/025a5f6b3204f03782505d789b4d20ea?s=96&d=identicon&r=G https://flaneriequotidienne.files.wordpress.com/2019/04/56584416_2310353629211200_7564365850796216752_n_002.jpg
    13 avril, par memoire2silence — fragments d'avant la fin du monde
    Bientôt, il faudra ouvrir un dictionnaire pour connaître le sens du mot verger. Aucune exagération ici. Combien d’entre-vous ont-ils faits une sieste dans un verger ou y ont simplement ramassé des fruits, directement sur l’arbre ou tombés sous son ombre ? Les fruits seront cultivés dans de vastes (...)
  • Dés bus #4

    https://0.gravatar.com/avatar/025a5f6b3204f03782505d789b4d20ea?s=96&d=identicon&r=G https://flaneriequotidienne.files.wordpress.com/2018/03/b.jpg
    6 avril, par memoire2silence — Dés bus
    Je suis encore vivant. C’est le poète qui l’écrit. Je suis encore vivant. C’est vrai c’est lui qui l’écrit. Il a dans son sac plusieurs carnets noirs emplis d’une écriture fine, bien dessinée, et pourtant, acharnée. Chaque page est chaire, chaque page est noire sans blanc ou seulement dans l’œil de chaque (...)
  • Dés bus #3

    https://0.gravatar.com/avatar/025a5f6b3204f03782505d789b4d20ea?s=96&d=identicon&r=G https://flaneriequotidienne.files.wordpress.com/2018/02/25038703_882894281896904_6530152191909429248_n.jpg
    5 avril, par memoire2silence — Dés bus
    Je lisais un livre par jour sur cette île. J’étais prisonnier. Une idée en entrainait une autre. Une page tournée me ramenait un peu plus en arrière. Et je n’avais plus qu’une envie : brûler ce bouquin particulier. L’étoile qui me regardait plus haut n’était pas d’accord. Je ne l’étais pas non plus, au (...)
  • Dés bus #2

    https://0.gravatar.com/avatar/025a5f6b3204f03782505d789b4d20ea?s=96&d=identicon&r=G https://flaneriequotidienne.files.wordpress.com/2018/01/le-cirque.jpg
    4 avril, par memoire2silence — Dés bus
    Il n’y avait que dans la contemplation du ciel étoilé qu’il retrouvait un semblant de stabilité. Autant de vide au-dessus de sa tête lui permettait de retrouver l’équilibre. Un frisson dans l’échine en était le signe tangible, comme une sorte de vertige fugace. Aussitôt suivi d’une impression de déjà vu : (...)
  • Dés bus #1

    https://0.gravatar.com/avatar/025a5f6b3204f03782505d789b4d20ea?s=96&d=identicon&r=G https://flaneriequotidienne.files.wordpress.com/2018/11/43158971_346880552740278_7619909663361120217_n.jpg
    3 avril, par memoire2silence — Dés bus
    Il pleuvait tout le temps sur cette île. Je ne sortais jamais de la maison de bois. Le feu crépitait dans la cheminée. Il y avait assez de bûches pour tenir l’automne puis l’hiver. Je marchais en silence sur le parquet qui ne grinçait pas. C’était étrange. Je n’entendais que le crépitement des bûches (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25