Accueil du site > Ecritures > Mes 3 minutes de slam > La bonheur society

La bonheur society

(J’veux voir la vie en noir)

samedi 15 mars 2008, par Orénok A. B.

Un grand cri contre ce que j’appelle la « bonheur society »... Voir la vie en noir, c’est un peu comme certains verraient le monde en rose ou d’autres en ver(t)s... Une vie faite de reliefs, de côtes, de montagnes. Bien loin des plaines calcaires d’ici bas, des phénomènes météo tempérées dans nos régions et des vies bien rangées...

La Bonheur Society

XXe siècle, la fin
XXIe, le début
Sans le savoir, vous vivez dans un monde prisonnier
On a fait croire à l’homme que le bonheur est premier

Mais moi, j’veux plus d’vos vérités de dessins animés, je veux des acides aminés
Je veux du noir, du flou, des ombres, des silhouettes mal dessinées

Dramatiser à outrance
Si j’veux,
Quand j’veux
Et que moi
Et qu’on me dise pas : « tu as trimé, tu mérites mieux qu’ça »
Foutaises que vos conneries de méritocratie !
Du bonheur à deux balles, sorti tout droit des penseurs pantins d’la Renaissance à l’occident-ale

J’veux du frontal
Du mal
Du sale
Du-qui-sape-le-moral
J’veux pas d’vos journaux à la noix
Qui parlent du slam
Je veux des explosions, des meurtres, des attentats Je veux du vrai mort, du vrai noir, pas du noir d’chez Canal

Et qui m’aime me suive : je veux sombrer dans le passé
Ressusciter le Moyen-Âge et ces guillotines que l’histoire a très malencontreusement tuées
J’veux plus rien d’imposé, de l’anarchie de nécrosé, et plus de névrosés
J’veux plus d’vos diktats de la pensée, de vos dictatures cachées, à noyer la dure réalité en institut d’beauté

J’veux plus m’laver, d’ailleurs
Sentir des pieds c’est pour le cœur et les économies d’O
Car oui, je veux du saltimbanque et plus d’vos banques à faire fructifier vos sous de morts
Vivez bon sang, vivez bon soir, et à babord !

Puis y’a marre aussi d’vos héros d’outre atlantique, qui s’la pètent en traversant l’océan à la voile et la mer à la brasse
J’en ai marre d’savoir nager : j’veux boire la tasse !

J’veux des héros qui s’cassent la gueule, des gueules ébréchées et pas rabibochées, par vos chirurgies d’l’artificiel
Je veux un bout de ciel, rien que pour moi
Mais attention : du ciel noir, du bien grondant, de l’orage et du vent
Des tempêtes de 99 et même des ouragans
J’veux pouvoir dire aux gens : Moi, ma vie, c’est en noir, que je veux la voir !

Et d’ailleurs, j’veux plus d’bio, plus d’recyclacble,
Je veux du vrai déchet
Du détritus
Pas-du-qui-s’recycle
Je veux de la pollution
Et surtout j’ veux bien des cons

Mais encore, s’il vous plait, évitez, évitez, évitez de me dire qu’ailleurs, c’est pire,
Parce que c’est moi qu’ai l’droit d’aller pas
Pas mon voisin, l’clodo du coin, et pas mon pote
Y’a qu’moi qu’ai l’droit d’aller pas, et d’pas vouloir aller
J’veux pouvoir sortir mes coups d’blues à la tout va
De me repaître de mon malheur, de mon pas d’chance, de ma douleur
Bref, je revendique le droit d’être MOI

Et moi ma vie, c’est pas couleur vert chiottes ou rose bonbon que j’veux la voir, c’est en noir que je veux l’admirer
La regarder
Et la tâter
C’est en noir et rien qu’en noir
Pour enfin faire ma crise d’adolescence en retard !

(Orénok A.B. 1/03/2008)


Mes sons via xspf

Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

Documents joints

Répondre à cet article

|    Précédent     |    Suivant