Accueil du site > Ecritures > Mes 3 minutes de slam > Je suis mère qui mène au ciel

Je suis mère qui mène au ciel

jeudi 20 décembre 2007, par Orénok A. B.

De la mer à ma mère - Je suis mère qui mène au ciel

Je suis mère qui mène au ciel
Un refrain qui résonne à mon oreille
Mon corps impalpable se réveille
Je suis mère qui mène au ciel

Il y a la mer au loin et ses vagues
Je suis la mer au loin et ses vagues
Je suis mère qui mène au ciel

Je suis celle qui baigne les îles
Celle qui éveille les idylles
Je suis mère qui mène au ciel
Je suis mère

Au coucher du soleil, je m’embrase de milles feux
L’on m’embrasse toute entière d’un regard fiévreux
Je suis mère qui mène au ciel

J’ai caressé les rivages, les sommets, les cratères
Fendue par l’étrave, traversé les déserts
Je suis mère qui mène au ciel

J’ai noyé de mes eaux la grandeur du Stromboli
Caressé de mes mots la douceur de sa petite sœur qu’on spolie
Alicudi, Alicudi
Je suis mère qui mène au ciel
Je suis mère

Il y a ses galets noirs de roche volcanique
Plages brûlées par un soleil agnostique
Je suis mère qui mène au ciel

Chemins pentus qui se perdent dans l’éther
Piazette, scaletti et chiese au pied du cratère
Je suis mère qui mène au ciel
Je suis mère

Mes amoureux m’ont fait l’amour
Dans la nuit chaude, au grand jour
Je suis mère qui mène au ciel

Allongée sur ma plage au matin
Ils m’ont étreint le sein
Je suis mère qui mène au ciel
Je suis mère

Puis j’ai 20 ans et je suis amoureuse de la vie
Du futur père de mes futurs enfants ravis
Je suis mère qui mène au ciel

Puis j’ai 30 ans au sein je les nourris
Mes enfants je les aime, jusqu’au sang les chéris
Je suis mère qui mène au ciel

Puis j’ai pas 40 ans et je pars, laissant seule ma plage de sable fin
Je pars sans le pain, sans le vin, sans le sein
Je suis mère tombée du ciel
Je suis mère

Il ne reste sur Terre que mon Paradis d’Alicudi
Mes enfants atterrés, le père et le destin qu’on oublie
Je suis mère montée au ciel
Je suis mère

Je suis retournée à la terre
Mère d’éternité au père
Je suis mère qui hante l’éther
Je suis mère

Je suis mère montée au ciel
Je suis mère
Et la mer m’emporte
Et la mer
Moi, mes cendres, mes enfants
Et la mer
Et la mer l’emporte
toujours

(Décembre 2007)

Répondre à cet article

    |    Suivant