Accueil du site > Ecritures > Mes 3 minutes de slam > J’ai été

J’ai été

(Une femme comme d’autres)

dimanche 14 février 2010, par Orénok A. B.

Inventer. Inventorier une définition de la femme. Imaginer celle qui soit mienne. De moi à Lacan. La femme n’existe pas, paraitrait. Certainement qu’elle existe, mais certainement qu’elle n’existe que dans le désir de l’homme. Alors c’est quoi une femme ? Comment la définir ? Elle est quoi ? Elle a quoi ? Elle a fait quoi ? J’ai été, c’est un peu tout ça, à la fois.


J’ai été


J’ai couché des mots
Modelé des vers
Versifié des pages
Paginé des livres, j’ai

Délivré des princes
Dormi à la belle
Joué la princesse
Et fait la vaisselle, j’ai

Marché dans la nuit
Chanté sous la pluie
Erré dans les rues
Et voyager nue, j’ai

Mordu dans tes fesses
Taillé dans mes hanches
Détouré ma taille
Semé la pagaille, j’ai

Arpenté les dunes
Baisé sous la lune
Caressé des corps
Et crié « Encore », j’ai

Lavé des culottes
Acheté des strings
Cuisiné d’la lotte
Et écouté Sting, j’ai

Vendu des mensonges
Dessiné des songes
Cherché des réponses
Et trouvé des questions, j’ai

Formulé des demandes,
Rempli des dossiers
Ecrit au huissier
Et crié « Putain, fait chier », j’ai

Défoncé des portes
Fait tomber des murs
Cassé une fenêtre
Brisé un miroir, j’ai

Vécu des histoires
Cuvé dans le noir
Inventé des choses
Epinglé des roses, j’ai

Péché par ivresse
par gourmandise
par luxure
et par paresse, j’ai

Dormi 24 heures
Séché tous tes pleurs
Libéré des fous
Et accusé l’coup, j’ai

Recollé les morceaux
Bricolé des mots
Joué à Zoro
Et tué Sarko, j’ai

Vécu 300 ans
Pesé 100 kilos
Fêté tes 3 ans
Et tes 10 kilos, j’ai

Allumé des cierges
Soufflé des bougies
Dit des Notre Père
Des Ave Marie, j’ai

Vu des montgolfières
Remis à hier
Promis l’impossible
Juré et craché, j’ai

Proclamé des choses
Que le monde est grand
Que la femme est belle
Et qu’elle n’est pas tout, j’ai

Chanté des conneries
Et dit des bêtises
Imité les grands
Et compris Lacan, j’ai été

Une femme comme d’autres
A l’encre de chine
J’ai eu froid aux pieds
En chantant mes vers, j’ai

Donné la vie
Déroulé des fils
Créé des frissons
Tété des tétons, j’ai

Eté j’ai
Respiré j’ai
Résisté j’ai
Enfanté j’ai
Accouché j’ai

Et je suis
Une femme
D’Ici.


Orénok A.B.
Février 2010

Répondre à cet article

|    Précédent     |    Suivant