Accueil du site > Ecritures > Mes 3 minutes de slam > C’est quand que les clous se décloueront ?

C’est quand que les clous se décloueront ?

(La guerre aux cases)

mardi 14 avril 2009, par Orénok A. B.

C’est quand que les clous se décloureont ?


C’est quand que les clous se décloueront ?
Quand est-ce que les murs tomberont ?
Ca fera quoi quand on arrêtera d’penser dans des cases, de s’coller des étiquettes, de s’donner des noms, de dire oui, tiens, toi tu fais partie d’la catégorie des princesses Leila
Et si demain le monde s’arrêtait où est-ce qu’on nous rangerait ?
Dans quel tiroir ?

Moi j’veux pas d’un monde comme ça, divisé en princesses Leila d’un côté et de l’autre cow-boys, rois du far-west, à l’ouest je suis, à l’ouest je rêve
Je voudrais juste
dessiner de nouvelles lettres calligraphiées sur du papier des Indes en mousseline de Chypre
tituber le long des quais rémois d’où s’embarqueraient les marins pêcheurs vers de nouvelles contrées australes
risquer s’égorger près d’une cité en larmes les lames mettre à nu, aiguiser et faire la guerre aux ides préconçues
Mais pas que
J’en veux aussi aux cases, aux catégories, aux types, aux typologies,
Je rêve de déclarer la guerre ouverte aux
A noirs, E rouges, I jaunes, O bleus, U verts, carrés, ronds, triangles ou étoiles, réponses ready-made des tests de magazines féminins
type
« Etes-vous audacieuse ? »
« Et toi, sais-tu faire l’amour sans t’attacher ? »

Alors c’est quand ?
C’est quand qu’on libérera les neurones,
quand est-ce qu’on vadrouillera dans l’espace
qu’on aura des étoiles à notre ciel pour enfin ouvrir l’horizon ?
C’est quand qu’on aura des boussoles aux pas des portes pour illuminer nos soirées d’été et tracer sa route, tracer, tracer, tracer
de nouvelles courbes sur l’horizon du monde,
des chemins de brousse au milieu des mers,
des détroits sur nos plaines calcaires ?

C’est quand qu’on sortira d’nous-mêmes, qu’on laissera nos corps sur l’bas côté des routes
prêts à boire l’encre de dix milliards de vies d’existences possibles ?
Quand est-ce qu’on remplira nos feuilles d’écritures, les nervures de ces mots, ces craquelures du temps
avec du sang neuf,
avec de la joie neuve,
avec de l’amour neuf ?

Quand est-ce qu’on sera enfin vierge d’avoir fait l’amour mille et une fois et pas une fois avec les mêmes mots et pas une fois avec le même moi
En griffant, tombant, toussant, jactant, photographiant, filmant, mouillant, sirotant, s’endormant, haissant, mordant, caressant, aimant, et soudainement
Se rendant compte que ce n’est
pas comparable,
pas mesurable,
pas rangeable,
pas catégorisable,
pas triable,
pas able
Que ce n’est rien
Rien dans l’infini des vierges de possibilités de ce que le monde t’offre, m’offre, nous offre, vous offre
A cet instant
Précis.


(Orénok A.B.)
(Mars 2009)

MP3 - 2.6 Mo

Mes sons via xspf

Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

Répondre à cet article

|    Précédent     |    Suivant