Accueil du site > Ecritures > L’heure sénégalaise...

L’heure sénégalaise...

Dernier ajout : 15 juin 2010.


Des textes écrits récemment, dans le temps, longuement accouchés, longuement enfantés. Dans un état de contemplation au monde, d’être au présent. Aujourd’hui, il y en a trois. Trois pour trois lieux visités. Il pourrait y en avoir mille autres. Et peut-être existeront-ils un jour. Mais c’est déjà un début. Alors, merci à tous ceux qui m’auront permis de vivre, de sentir en moi ces instants de solitude, cet être-au-monde.

  • 15 juin 2010, par Orénok A. B.

    Un été malien Un été malien. Un été, loin. Très loin. Un été qui n’existe pas. Qui n’existera jamais. Un été, malien. Loin. Loin. De soi, du monde, de tout. Un été chaud, quand tu crèves de froid. Un été vrai, quand tu meurs sous une tonne de mensonges. Tu mens. Tu as toujours menti. Aux autres, au monde, au psy. Tu as toujours menti. N’as jamais voulu voir la vérité. Tu as toujours menti. Tu vis dans un monde où on ment. Tu l’as toujours su, tu as toujours voulu suivre le mouvement. Tu vis (...)

  • 28 février 2010, par Orénok A. B.

    En ombres chinoises En ombres chinoises. La vie, à portée de main. Le monde, à portée d’yeux. Tu ne vois pas. Tu ne vois rien. Tu ne vois pas, jamais, rien. Que des ombres, des formes, des silhouettes, dans le noir. Jamais de nuances. Jamais de couleurs. Tu ne vois pas. Ça a toujours été comme cela. Des ombres sans détail. Des formes sans relief. Des silhouettes sans ombre. Aussi loin que tu te souviennes, tu ne voyais pas. Que des ombres, des formes, des silhouettes, dans le noir. (...)

  • 21 février 2010, par Orénok A. B.

    La vie norvégienne La vie norvégienne. Le blanc total. Un blanc d’une blancheur pure, absolue. Tu ne te souviens pas, tu ne te souviens plus. Tu ne te souviens pas, plus, jamais. Il n’y a pas de traces, pas d’empreintes. Quand tu passes, pas d’odeur. Tu as toujours été comme cela. Invisible. Sans sommeil. Sans souvenir. C’est écrit comme cela, sur une pierre, à l’autre bout du monde. Tu viens, et tu vas. Tu ne te souviens pas. Tous les matins tu te lèves. Tous les soirs tu te couches. (...)

  • 21 février 2010, par Orénok A. B.

    L’heure sénégalaise L’heure sénégalaise. Une heure, qui n’existe pas. Une heure, comme on en compte 3, 4, 5, des milliers. Le temps, c’est bien étrange. Une heure, c’est un mystère. Le temps s’endort. Tu te réveilles. Plein de rêves, d’idées, de tout. Plein de tout. Et vide de vie dans ce monde où tu vis comme avant. Tu tues des ours, des loups. Tu déboises des forêts. Tu maîtrises ton terrain. Il faut toujours que tu maîtrises ton terrain. C’est ton loyer à toi, ta loi. Maîtriser. L’homme est (...)